Nos 3 cordons ombilicaux [2]

Ce cordon ombilical (la respiration) nous raccordera toute notre vie avec notre Terre nourricière, notre deuxième mère. La respiration a ceci d’extraordinaire  qu’elle a deux facettes. L’une est matière et l’autre spirituelle, métaphysique. Sur le plan physique, tout le monde reconnaît l’importance de la respiration et ses implications, c’est une évidence. Par contre, ce que nous ne percevons pas toujours, c’est la communication étroite qui nous est donnée par cette intermédiaire qu’est notre respiration avec notre Terre-mère nourricière.

 

Nous sommes par la respiration reliés en permanence avec notre environnement terrestre. La respiration est donc la voie qui nous donne accès à la vibration cosmique qui se dégage de la Terre. Les millions de gens qui pratiquent le yoga, le Rebirth et autres techniques faisant notamment appel à la respiration le perçoivent bien.

C’est pour cela que la connaissance de soi passe irrémédiablement par la perception de nos racines terrestres. Le respect de notre Terre est celui que nous portons à la vie, à notre mère. Ce n’est pas une attitude philosophique, c’est une attitude consciente. Ne pas respecter la Terre équivaut à ne pas respecter la vie, et donc ne pas se respecter soi-même.

La respiration peut nous guider vers cette communion avec les éléments terrestres. La Terre a tant de secrets, qu’elle ne cache pourtant pas. Ils sont  à notre portée en permanence. Il nous suffit de l’aimer avec authenticité pour découvrir ce qu’elle met à portée de notre cœur. Nous essayons de lever le voile sur ce qui nous semble être ses mystères en nous servant de notre mental, alors que seul notre cœur peut comprendre l’incommensurabilité des messages qu’elle nous délivre.

Amédée

Extrait du livre Guérir par la Conscience

 

A propos de l’auteur  ⁄ Amédée

Amédée est Conseiller intuitif et thérapeute holistique. Il anime des conférences et des ateliers, et reçoit en consultation privée. Il est l'auteur des livres Guérir par la Conscience et Les 7 Clés de la Guérison.

Un commentaire

Laisser un commentaire